INTERVIEW EXCLUSIF ALFRED LAMBREMONT – EXOPOLITIQUE – LA VIE SUR MARS

Alfred Webre a été chercheur principal pour une étude scientifique civile proposée sur la communication extraterrestre, c’est-à-dire la communication interactive entre la culture humaine terrestre et celle d’éventuelles civilisations intelligentes non terrestres, «En tant qu’analyste politique principal en 1977 au Centre pour l’étude de la politique sociale à Stanford Research Institute (maintenant « SRI International », Menlo Park, Californie).

Alfred Lambremont Webre (exopolitique) à fondé la science des relations entre les civilisations dans le multivers et l’omnivers. Il est également un militant pour empêcher la militarisation de l’espace avec pour objectif de transformer l’économie de guerre permanente en une société pacifique, coopérative et démocratique de l’ère spatiale. Alfred Webre est diplômé de Yale (1964), titulaire d’un juris doctor en droit international (1967) et d’un « fulbright scolar » en intégration économique (1968). Il est également le coordinateur du congrés pour « the disclosur projecte » et pour finir, juge à la commission des crimes de guerre de Kuala Lumpur.

L’ouvrage révolutionnaire de Webre sur l’omnivers à intégré des données empiriques provenant des civilisations intelligentes dans le multivers et de la civilisation intelligente des âmes dans « l’intervie », démontrant une écologie fonctionnelle de l’intelligence dans les dimensions de l’omnivers.

Les principales contributions sociales d’Alfred Lambremont Webre ont fondé la science de l’exopolitique à travers son livre en tant que 3éme corps cosmologique majeur (aprés l’univers et le multivers) à travers lequel l’humanité comprend le cosmos et le développement de l’équation positive du futur qui décrit le développement de l’âme dans notre univers et omnivers.

Maison Blanche

Cette étude proposée a été présentée et développée avec le personnel intéressé de la Maison Blanche du personnel de la politique intérieure du président Jimmy Carter pendant la période allant de mai 1977 à l’automne 1977, date à laquelle elle a été brusquement interrompue.

«Le but général de l’étude de communication extraterrestre de la Maison Blanche Carter en 1977 était de créer, de concevoir et de mener à bien une compilation de recherche indépendante et menée par des civils et une évaluation des phénomènes suggérant une présence intelligente extraterrestre et / ou interdimensionnelle dans le proche -Environnement terrestre.

«Le résultat conçu de l’étude était d’avoir été un rapport public de la Maison Blanche, détaillant les preuves compilées et l’évaluation, ainsi que des modèles scientifiques possibles pour les implications de la recherche. Le rapport de la Maison Blanche devait contenir des recommandations de politique publique découlant des évaluations et des conclusions de l’étude. Celles-ci, si elles étaient justifiées, incluaient la transformation des règles de confidentialité des agences de renseignement militaires américaines.

«Le but scientifique et de politique publique de l’étude de communication extraterrestre de la Maison Blanche Carter proposée en 1977 était de combler une lacune substantielle dans la connaissance scientifique civile de l’OVNI (phénomène d’objets volants non identifiés), des entités biologiques extraterrestres (EBE) et des phénomènes connexes.

Cette lacune de connaissances a été créée et maintenue par des pratiques de secret excessives et des réglementations du département américain de la Défense et des agences de renseignement dans les différentes générations de ses programmes OVNIS depuis la fin des années 1940, y compris, mais sans s’y limiter, le projet Grudge et le projet Blue Book, ainsi que d’autres programmes secrets présumés.

Références

  1. Réseau WorldNews (WN), Alfred Webre

Ressources

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire